Études cosmiques
 7 études pour piano, 2012
 inspirées par la série cosmique des œuvres cosmiques de Luca Vitali   (blog)

Depuis ma rencontre avec le pianiste virtuose brésilien José Eduardo Martins sur le net dans les circonstances que j'ai décrites dans le travail critique effectué sur son œuvre pianistique, Une réflexion sur la discographie du pianiste Brésilien José Eduardo MARTINS, une grande amitié est née entre nous qui s'est matérialisée par une non moins imposante correspondance où nous parlons de tout à bâtons rompus... et surtout de la musique, sujet inépuisable. Puis confirmée par sa commande d'une pièce pour piano, Trois musiques pour endormir les enfants d'un compositeur, en hommage au compositeur portugais Francisco de Lacerda et sa magnifique œuvre mondialement connue, Trente-six histoires pour amuser les enfants d'un artiste.

En juillet 2012, José Eduardo Martins, en admiration devant la fabuleuse série des œuvres cosmiques de son ami le peintre Brésilien Luca Vitali, est en grande conversation avec Magnus Bardela, son ami et ancien élève à l'Universidade de São Paulo. Quelques jours plus tard, José Eduardo me raconte dans un émail la surprenante suite de cet échange :"Tout d’un coup Magnus m’a dit “José, et si Servenière avec son talent incommensurable composait des morceaux pour le piano pour la série fabuleuse de Luca concernant l’Espace (5 peintures), là où la corruption n’arrive pas”. Et bien, hier nous étions à dîner à l'extérieur avec Luca, sa femme Marisa, Regina et moi. Après on a passé quelques heures chez nous en écoutant tes chansons. Ils étaient absolument charmés par ta musique si diversiée et si bien construite. Tout ça pour te dire que la série cosmique est là. Incroyable vision d’un monde réel, mais abstrait pour nous tous. Le piano, le piano, mes doigts qui cherchent toujours les nouveaux horizons, dans ce cas, plein du mystère de l’Univers. Provocation ? Peut-être ? Ton génie n'est aussi pas mésurable et comprendra mon message. Grand François !!! L’Univers est infini et le temps ne joue pas !!! Les idées, comme les vignes, mûrissent peu à peu !!!"".

Alea jacta est, car après avoir été évidemmment séduit par la proposition, il me restait à me mettre au travail. En particulier aussi parce qu'après mon acceptation, le projet a été annoncé en grande pompe en Septembre 2012 sur le blog de Luca Vitali... le tout avant que la première note n'ait été composée. En gros, comment mettre la pression sur un compositeur ? Mais c'est une habitude dans notre profession, nous devons l'accepter ! Après tout, les architectes se retrouvent en permanence dans la même situation. Et les neurones doivent se mettre à tourner à 1000 à l'heure ! Enfin, quand on sait que ces œuvres seront interprétées par un magicien du piano, comment résister à la tentation ?

  

Le 28 janvier 2013 doit avoir lieu à Paris le "Concert dans l'atelier" de José Eduardo Martins où sera présenté en première audition en France mon hommage au compositeur açorien Francisco de Lacerda ami de Debussy Trois musiques pour endormir les enfants d'un compositeur... A la fin du concert, il me fait la surprise - en même temps qu'il m'offre en public des reproductions de Sinergia transmises par Luca Vitali une semaine avant le concert - d'interpréter la 7ème des études homonyme qui correspond bien au programme, car elle est une relecture du Clair de Lune de la Suite Bergamasque du maître français. José Eduardo Martins me commande à cette occasion un texte de commentaires sur cette soirée qui complètera son article hebdomadaire, à des fins de publication sur son blog et le mien dans sa version originale en français, après qu'il en ait fait une traduction pour son public brésilien. Après le concert, j'ai l'honneur de recevoir les félicitations de deux éminentes musicologues françaises, les responsables du Centre de documentation Claude Debussy, Myriam Chimènes et Alexandra Laederich. Un mois plus tard, après l'envoi de mes partitions sur ces études intégrées dans mon DVD et en accord avec Anik Devriès-Lesure, la veuve de l'éminent musicologue François Lesure créateur du Centre de documentation, elles me font l'incroyable honneur d'intégrer à ses collections mon livre Une réflexion sur la discographie du pianiste Brésilien José Eduardo MARTINS qui contient entre autres mes réflexions au sujet des interprétations du maître brésilien sur les œuvres de Claude Debussy, ainsi que ma relecture de son hallucinant Clair de Lune, une des œuvres pour piano les plus connues et interprétées au monde.

 1.    Borboletas de luz

3'10"

 2.    Aliança celeste

4'10"

 3.    Ponto de luz

2'20"

 4.    Niquel

4'30"

 5.    Cometa

2'40"

 6.    Energia

3'10"

 7.    Sinergia

4'10"

    (relecture du Clair de Lune de Claude DEBUSSY)  
   

Durée totale :

 24'10"

Une semaine avant le début de mon travail sur cet opus pour piano, je reçois de la part de Luca Vitali cette série de deux dessins magnifiques à la pointe sèche évocant la muse qui doit inspirer le créateur, comme si cela était nécessaire... Il suffit d'admirer les œuvres ci-dessous et celles en ligne sur son site. Elles se passent de commentaires... Je suis infiniment touché par le geste et le talent de Luca Vitali dont j'admire toujours l'expression picturale sur le blog de José Eduardo Martins et sur son site personnel. Remerciements infinis ! (œuvres présentées avec l'aimable autorisation de Luca Vitali)

 

Et puis, suite à la conclusion de mon travail de composition et d'édition envoyé mi-décembre 2012 à José Eduardo Martins, Luca Vitali, l'inspirateur principal de ces œuvres (sans oublier sa si attirante muse...) m'envoie le dessin unique ci-dessous avec les commentaires suivants (traduction en français suivie du texte original en portugais) :


"Cher François,
  Cher Maître,

Je cherche à exprimer avec cette gravure ce moment-là pour mettre en lumière ce garçon, François, qui vit si près d'un lieu qui fut le théâtre de larmes, de douleur et de souffrance, l'un des épisodes les plus tristes de l'histoire actuelle. Sans aucun doute, la virtuosité de l'esprit cosmique de l'artiste permettra de redynamiser ce bout de planète. L'endroit où vous vivez, j'en suis sûr, est aussi beau que ce que vous m'avez donné et "D" est pour Dieu et non pour le jour d’une invasion.

La représentation d'un soldat désarmé avec l'aide du fil de fer barbelé, comme une ligne de partition musicale se terminant par une clé, si je ne me trompe pas, à mon avis, votre silhouette et votre énergie sont des graines pour la redynamisation d'un lieu générant la douleur, la souffrance et la haine. Votre présence artistique ainsi que celle de votre famille sont les gouttes d'une nouvelle énergie dans cet endroit qui fut autrefois le théâtre d’une période sanglante. Tout mon travail, tous mes traits, font partie d'un espoir de plantation qui ne peut que se produire dans les bonnes terres que sont vos œuvres et l'esprit du maître José Eduardo avec toute sa musicalité."

TEXTE ORIGINAL EN PORTUGUAIS
"Querido François,
  Querido Mestre,

Tento expressar com esta gravura a que ponto chega a luz desse moço, François, para estar tão próximo de um local que foi palco de lágrimas, dor e sofrimento, num dos mais tristes episódios da história atual. Sem sombra de dúvida, a virtuosidade cósmica do espírito desse artista ajuda a reenergizar aquele pedaço do planeta. O local onde ele mora, tenho certeza, é belo como você me transmitiu e o "D" é de Deus e não de invasão.

A figura de um soldado desarmado usando os arames farpados como linha de pauta musical e terminando com uma clave de sol, se é que não estou enganado, no meu modo de ver, a sua figura e sua energia são sementes para uma reenergização de um local que gerou dor, sofrimento e ódio. Sua presença artística e sua família são gotas de uma nova energia para esse lugar que já foi um dia sangrento. Todo meu trabalho, os meus traços, fazem parte da esperança de um plantio que só pode acontecer em terras boas que são as suas obras e espírito e do Mestre José Eduardo com toda sua musicalidade."
 
Photo prise par Regina Normanha Martins le 28 janvier 2013 lors du Concert à l'atelier (voir ici article de blog correspondant). Le pianiste virtuose José Eduardo Martins et le compositeur devisent sur la musique et l'interprétation à la suite du fabuleux recital intimiste organisé par les descendants du peintre Jean-Paul Laurens dans son atelier historique transformé régulièrement en salle de concert. Quelle acoustique magique en ce lieu avec les fabuleux Steinways !
 
Début avril 2013, alors que le pianiste virtuose José Eduardo Martins et le peintre Luca Vitali sont en train d'organiser, en automne au Brésil, un récital pour piano autour de la série des toiles cosmiques et des études pour piano homonymes, ce dernier m'envoie son calendrier mensuel, illustré à chaque échéance par une de ses œuvres. Celle-ci porte un nom, Outono de Servenière, en référence à mon automne qui m'a vu composer les Études Cosmiques  inspirées par et en l'honneur de ses toiles de maître. Je reste sans voix, par le cadeau comme par la qualité de l’œuvre, un authentique chef-d’œuvre, au même titre que les précédentes. Puis le dimanche 14 avril, Luca m’envoie le certificat d'authenticité de l’œuvre ainsi que trois photos de lui avec celle-ci (dont celle ci-dessous). Le mercredi suivant, José Eduardo m'appelle sur Skype et m'annonce en pleurant l’horrible nouvelle : "Luca est mort". Je suis atterré et incapable de dire le moindre mot...

José Eduardo Martins rend le samedi suivant un vibrant hommage sur son blog - Luca Vitali (1940-2013) - à son ami-frère trop rapidement disparu. Moi aussi, je reste effondré. Je perds une amitié naissante mais déjà profonde, entretenue par une communion artistique intense, car nous formions et formerons encore symboliquement un triptyque triangle d'artistes aux conceptions similaires, comme en parle si bien le pianiste virtuose dans cet article sur son blog. Pour nous consoler de sa disparition tragique et si rapide, il suffira d'admirer ici et sur son site Internet cet art solaire qui m'a tant inspiré. Nous avons décidé d'ajouter au cycle des 7 Études Cosmiques  une huitième indépendante Outono Cosmico – In Memoriam Luca Vitali, en accord avec la proposition du virtuose brésilien, en l’honneur de cette amitié si brève, de ce talent si profond et exceptionnel disparu évidemment trop tôt pour nous tous, ses proches et ses amis anciens ou nouveaux, ses admirateurs sincères.

Luca VITALI (1940-2013) et ses œuvres Outono de Servenière et Aliança celeste (ci-dessous)
Copyright photos Marisa Vitali

Le 26 octobre 2013 a lieu à Botucatu, Auditorio Colégio Santa Marcelina (Etat de São Paulo, Brésil) le Récital de piano - A Vila Dos Meninos "Sagrada Familia" de José Eduardo Martins lors duquel il interprète en "première audition mondiale" la N°4 Niquel en même temps que la première interprétation publique de Outono Cosmico - In Memoriam Luca Vitali.

Le 4 et le 11 avril 2015 ont lieu la présentation en première audition mondiale des Études Cosmiques par José Eduardo Martins à São Paulo lors d'une conférence et d'un récital pour piano à la Sociedade Brasileira De Eubiose, Departamento Lacerda Franco (São Paulo, Brésil).

Du 27 au 29 avril 2015, José Eduardo Martins grave pour son projet CD Études Contemporaines au piano (1985-2015) les Études Cosmiques dans l'Église Saint Hillarius de Müllem (Belgique) sous l'égide de l'ingénieur du son Johan Kennivé - ci joint les articles du pianiste virtuose sur son blog (por) : "Gent e Mullem na Bélgica" et "Bélgica e Portugal" -.

Le 4 mai 2015 a lieu la première présentation des Études Cosmiques par José Eduardo Martins en Europe lors d'un concert au Quatre Mains Pianozaak, Nieuwevaart 139 (Gand, Belgique).

Le 9, 12 et 15 mai 2015 ont lieu les deuxièmes, troisièmes et quatrièmes présentations des Études Cosmiques par José Eduardo Martins en Europe lors de 3 concerts à Academia de Amadores de Música, Lisboa, Canto Firme, Tomar, Eborae Musica, Évora (Portugal).


À la suite du concert de Lisbonne auquel elle a assisté, je reçois un magnifique émail d'Idalete Giga, Professeur et chef du "Capela Gregoriana Laus Deo" (Lisbonne, chœur de femmes), interprétant un vaste répertoire grégorien selon les principes de l'ancienne et authentique "École de Solesmes" :

"Cher François,

Samedi dernier j´ai pu, heureusement assister à l'excellent récital de piano donné par notre cher ami José Eduardo à l´Academia de Amadores de Música de Lisbonne. Je peux vous dire que c'était un récital historique avec un programme très difficile à exécuter, très intéressant dans le domaine de la Musique contemporaine. José Eduardo m´a envoyé, par avance, le programme et aussi les photos avec les peintures de la "Série Cosmique" de Luca Vitali qui ont mérité la création de vos sept "Études Cosmiques" ! J´étais dans une grande expectative pour entendre vos études, et, connaissant déjà les peintures, mon expectative était énorme. Pendant l´audition de vos sept "Études Cosmiques" qui m´ont beaucoup impressionné, j´ai pris quelques notes pour chacune d'elle. La synthèse de ce que j´ai compris, surtout avec mon coeur et mon esprit, c´est la "lumière", la "transparence" des différentes sonorités toujours fluides. Voilà ce que j´ai vu : "Les Papillons de Lumière" sont des réminiscences de l´Atlantide. "Alliance Céleste" est un émotionnant choral cosmique. "Niquel" et "Point de Lumière" sont la naissance des nouvelles galaxies. "Comète" est la transmutation et la purification de la Terre. "Énergie" est l´évolution cosmique. "Synergie" est un prélude profondément amoureux qui prépare "Automne Cosmique" - le départ, la Fin du Voyage.

Luca Vitali a utilisé d'une manière géniale les couleurs primaires qui sont présentes dans toutes les peintures, surtout le bleu (plusieurs tonalités). Les autres couleurs, l´orange, le jaune doré, le vermeil et le violet, apportent la lumière, la vie, l´énergie aux planètes.

Luca vivait déjà dans un niveau spirituel très élevé. Ses peintures de la Série Cosmique sont le reflet de sa pensée au-delà de ce monde.

J´ai écrit un petit poème en sa memoire, après l´audition des sept "Études Cosmiques". Je vais essayer de l´écrire en français, ce qui n´est pas facile.

Je vous embrasse,
Idalete

(poème original en portugais)

Viagem Cósmica
A Luca Vitali, in memoriam

Na grande Viagem Cósmica
do Universo
Luz e Matéria
atraiem-se
polarizam-se
nascem Ciclos Cósmicos
nasce a Vida- Matéria Iluminada
Suporte Vibratório
do Espírito

No macro-cosmos
somos um micro-cosmos
e repetimos
o Drama do Universo

Despojados
libertos do peso
e da dor da Terra
conscientes da nossa consciência expandida
viajamos
ao nosso Mundo Interior
em busca do Sagrado
em busca do Divino que habita em nós

O Iluminado
uniu a Terra ao Céu
saiu
da divisão do Mundo
e partiu
para a sua longínqua Galáxia

I. Giga, Maio / 2015
(traduction française par I. Giga)

Voyage Cosmique
A Luca Vitali, in memoriam

Dans le Grand Voyage Cosmique
de l´Univers
La Lumière et la Matière
s´attirent
se polarisent
et créent les cycles cosmiques
et la Vie - Matière Illuminée
maison vibratoire
de l´Esprit

Dans le macro-cosmos
nous sommes un micro-cosmos
nous répétons
le drame de l´Univers

Dépouillés
libérés du poids
de la douleur de la Terre
conscients de notre conscience élargie
nous voyageons
dans notre Monde Intérieur
en cherchant le Sacré
en cherchant le Divin qui nous habite

L´Illuminé
a uni la Terre au Ciel
il est sorti
de la division du Monde
il est parti
pour sa galaxie lointaine

 

Début mars 2017, après 5 années de travail depuis l'écriture des premières notes, le CD Éthers de l'Infini contenant entre autres les Études Cosmiques et Outono Cosmico, interprété par le virtuose José Eduardo Martins, est disponible en France sous le label ESOLEM PRODUCTION.

Du 19 au 27 avril 2017, José Eduardo Martins effectue une longue tournée entre le Portugal et la Belgique pour présenter au concert, au milieu d'un répertoire plus large, le contenu du CD Éthers de l'Infini. Il s'agit entre autres des différents événements et récitals à la Biblioteca Joanina (Coimbra, Portugal), au Convento Nossa Senhora dos Remédios (Évora, Portugal) sous l'égide de Eborae Musica, de l'Interview de José Eduardo MARTINS par Paulo Alves Guerra sur Antena 2 (RTP Lisboa, Portugal), au Quatre Mains pianozaak, (Salle des Quatre Mains) (Gent, Belgique). Ci-après les articles du pianiste virtuose sur son blog (por) concernant ces derniers événements : "Recitais em Coimbra e Évora", "Gent e a magia flamenga", "Portugal e Bélgica", "Ecos de Portugal e Bélgica". C'est à l'occasion du dernier concert de Gent, le 27 avril, qu'a lieu la sortie officielle du CD.


En juin 2017, à la suite de l'envoi de notre CD à notre ami poète parisien de langue portugaise, Fernando Rosinha, celui-ci nous fait parvenir un message délicieux au sujet de notre CD, que nous avons tenu José Eduardo et moi-même à publier ici tant il parle avec éclat et émotion des sentiments qui l'ont parcouru lors de son audition. Le poème à suivre est un véritable panégyrique du travail du musicien créateur ou interprète, un véritable petit bijou d'écriture. Nous n'avons pu résister à l'envie de publier ici ce talent poétique somptueux, incroyable de fraîcheur printanière, alors que la plume a dépassé depuis longtemps les 70 printemps :

"Cher François Servenière,

Parmi les plus cadeaux que je puisse recevoir de mes amis sont l'amitié, le sourire et un moment de musique. Nous en avons vécu un à Paris, suite à l'envoi du CD où notre ami José Eduardo nous enchante avec de la musique portugaise, nous fait vivre des moments de rêve avec votre propre composition. Merci. Je me sens heureux et choisi. Son écoute m'a fait cadeau de moments de beauté et de bonheur. Merci à chacun des artistes. Je vous remercie avec ma sensibilité de poète. Ci-joint, les lignes écrites après l'écoute de cette musique où je vous imaginais tous les deux comme les semeurs de bonheur. Merci.

Cordialement vôtre,
Fernando Rosinha"

Comme un semeur de bonheur

Ne dis rien. N’ajoute rien
à la source du plaisir
que ta musique infinie a fait jaillir
comme une offrande habitée.
Plus rien ne peut m’offrir
des paroles plus aimées.
Mon âme oublie le temps et devient éternité.
Que sommes-nous ?
Beaucoup de rien, un peu de tout.
Je n’étais qu’un jour donné
aux larmes tombant chassées
d’un firmament interdit.
Chaque feuille est un élan pour les désirs infinis
en chemin vers les paroles pour tous les cœurs épuisées.
Ne dis rien. La musique nous suffit.
Fais grandir dans ton visage
toutes les fleurs de l’année
et un piano parfumé
de tes pas et ton image.
L’important n’est pas de faire mais d’être un rêve, un rivage.

J’aime le pain de ton souffle et la folie et les songes
de ton cœur fragile et riche nous offrant des beaux mensonges.

Sacré par tes passions et l’absolu, ose
inventer le tout ou devenir la rose
et sa beauté sauvage.
Quand l’harmonie et tes mains se touchent
la terre enfante la ruche
du miel de ta musique, du soleil de nos visages.

Viens sans désirs ni paroles. Palpitant
comme un dieu dans les étoiles. Ne dis rien.

Si les souffrances me rongent
tu effaces les épines et le bruit.
J’enlace un rêve impossible. Perdu
dans la mer de mes mensonges,
je te nomme le chemin du paradis
et le semeur de bonheur.

La beauté descend sur terre. Écoutons la fleur.
La musique règne. C’est le jour du cœur.

Fernando Rosinha, Juin 2017

L'année 2018 est celle du centenaire de la mort de Claude Debussy, le célèbre compositeur français dont le génie créateur ensemence la musique mondiale depuis le début du XXème siècle. À cette occasion centenale, le debussyste émérite qu'est José Eduardo Martins, adoubé par le regretté François Lesure créateur du Centre de documentation Claude Debussy, décide de commémorer la mémoire du maître inspirateur en organisant au Portugal 8 concerts et conférences dans les villes de Tomar, Guimarães, Lisbonne et Alcânta (à partir du 10 mai 2018). Dans sa programmation des œuvres uniques du répertoire du compositeur, il me fait l'insigne honneur de présenter en début de chaque récital ma relecture Sinergia du magique Clair de Lune du compositeur français écrite pour évoquer la toile homonyme du peintre brésilien Luca Vitali issue de sa Série Cosmique. Cette musique fait partie, plage 7, du CD Éthers de l'Infini interprété par le virtuose José Eduardo Martins, disponible sous le label ESOLEM PRODUCTION. Cette série de concerts anniversaire se conlut le 22 septembre 2018 sous l'égide de la Sociedade Brasileira de Eubiose à São Paulo, lors duquel Sinergia est à nouveau interprétée par le virtuose en préambule du répertoire debussyste.

  Études Cosmiques interprétées par José Eduardo MARTINS
enregistré à l'église de Mullem (Belgique) en 2016 par Johan KENNIVÉ
 
  CHAÎNE : YouTube.com/José Eduardo Martins  
   








Contact  
Références  
Biographie  
Recommander  
Curriculum Vitae  
Magasin en ligne  
Liens  
Blog  

FR |  EN |  ES   

     
|Video  tags|
lumière songe
enfants voiles
voyages voie
lactée
rythme
harmonie paix
deux pianos jazz
cosmic